AUX RATS DU SOL

– Vous pouvez pas rester là !

Robert n’a pas envie de décamper. Robert Dusol n’est pas n’importe qui. Une particule de noblesse dans un monde de gueux. Personne ne lui fera lâcher sa turne style Henri IV sous le Pont-Neuf pour un foyer minable en banlieue. Sûrement pas ces deux pingouins en maraude avec leur bol de soupe et leurs gants en plastique bleu.

– Vous aussi monsieur, il faut vous en aller !

Bilad, un syrien échoué à Paris. Il a perdu ses papiers en mer. Sans compter qu’il en a une autre à traverser pour rejoindre l’Angleterre.

– Foutez-nous la paix, on a le droit d’être là, le droit du sol ! La France est peut-être aux français “de souche” comme ils disent, mais Paris sera toujours à tout le monde.

(bras d’honneur et gros plan sur l’étiquette du litre de rouge : A.O.C. appellation d’origine contrôlée)

MAUVAIS CALCUL

Un mauvais calcul et votre vie bascule ! Jugez plutôt.

9,43 € de l’heure. C’est ce que je gagnais au smic. Avant, quand je travaillais. Il y a le pour et le contre. Comme disait ma femme, d’un côté on peut remplir le frigo tous les samedis mais le dimanche on bouffe tout ce qu’on a acheté. Alors un lundi, elle s’est barrée en croisière avec le voisin. J’ai tout perdu, ma femme, mon boulot, mes amis. C’est à ce moment là que  j’ai commencé à raisonner en millimètres : calibres 9 et 11,43 pour être précis. Vous savez, j’aurais pu vraiment mal tourner ! Mais heureusement, je m’en suis bien sorti. Maintenant j’émarge à 10.24 € de l’heure, nourri, logé, blanchi (+ les primes au noir). C’est le jour et la nuit depuis que suis flic à Paris…

LE CONSEIL DES SINISTRES

90 % de réussite au bac… 0,6 % de croissance… 30 % de chômage… Les chiffres s’accumulaient sur le bureau du président. Un Enarque souffla :

– Comme vous pouvez le constater Mr le président, la France ne manque pas de cerveaux mais plutôt… d’intelligence.

Le Président fit ses yeux ronds habituels, caressa distraitement le casque intégral posé devant lui et se tourna vers le Ministre du Travail avec une pointe d’amusement dans les yeux :

– Qu’est-ce que vous avez à nous suggérer pour relancer la croissance ?

– La solution intelligente, selon moi – et les statistiques le confirment – serait d’augmenter la durée du travail plutôt que de prolonger la durée des études.

Piquée au vif, la Ministre de l’Éducation Nationale faillit s’étrangler et ne put s’empêcher de balbutier :

– Si j’ai bien compris, vous proposez de rendre les français… plus cons qu’ils ne sont en réalité  ?

Le Ministre du Travail la regarda triomphant, sûr de lui :

Sans vouloir vous offenser Mme la ministre, c’est un faux problème : en admettant que vous ayez raison, vous serez d’accord avec moi pour reconnaître que, le jour où tout le monde sera idiot, la connerie disparaîtra d’elle-même !

– Et pourquoi ?

– Pour la bonne raison qu’il n’y aura plus de gens assez qualifiés pour faire la différence entre intelligence et connerie !

– Très bonne celle-là ! Le président esquissa un sourire et jeta un rapide coup d’œil aux messages sur son smartphone.

– Dossier suivant ?

– L’Intelligence Artificielle

.

LE PETIT BLEU

Trace d’apnée juvénile

Il jette son sac sur les rochers de l’Elbe, sous la maison de Mayol, plonge de l’autre côté du miroir, dans l’envers de l’histoire, mémoire amniotique qui l’absorbe et le recrache infiniment, pendu la tête en bas dans les vagues, pulsations cosmiques d’une froide vision, un corps nu, le sien, en équilibre dans l’espace, sur un surf qui rétrécit et un compte à rebours, du futur vers le passé, l’angoisse du zéro absolu devant lui tambourine dans ses tempes, une bulle etc. Remontée, fin d’apnée. Respirer.