Saoule pont mire rats beaux

“En poésie nous avons des droits sur les paroles qui forment et déforment l’univers”

écrivait le poète français Guillaume Apollinaire, mort de la grippe espagnole(1880-1918). Et encore :

“L’homme est à la recherche d’un nouveau langage auquel la grammaire d’aucune langue n’aura rien à dire.”

Application avec le fameux poème “Le pont Mirabeau”,  librement repris et interprété en “Langue des Oiseaux”, à l’heure où la pandémie mondiale de coronavirus fait rage, avec la voix originale du poète lui-même enregistrée il y a plus de cent ans et la musique de Roberto Bellatalla, compositeur du thème musical créé pour accompagner “La conférence des Oiseaux”, du poète mystique persan Farid al Din Attar.(1145-1221).

 

Saoule pont mire rats beaux cou houle lasse scène

Haine os âme mourre

Faute-île qu’île ment sous vie haine

L’âge oie veut né tout joue rat prélat paix haine

 

Vie haine l’âne huis sot nœud leurre

Laids jours sangs vont jeu d’eux meure

 

L’aime un d’en l’aime un raie ce ton fasse sa face

Temps disque saoule pont

Deux n’aube rat pas ceux

Dés éthers nées elles heures œufs gares longs deux cils as

 

Vie haine l’âne huis sot nœud leurre

Laids jours sangs vont jeu d’eux meure

 

L’âme mourre sang va qu’homme sept hauts cour hantent

L’âme mourre sang va

Qu’homme lave y élan te

Haie qu’homme laisse paix rance hait vie eau lente

 

Vie haine l’âne huis sot nœud leurre

Laids jours sangs vont jeu d’eux meure

 

Pas ceux les jours et pas ceux laissent mènent

Nie tant pas sait

Ni laits amoureux vie haine

Saoule pont mire rats beaux cou houle lasse haine

 

Vie haine l’âne huis sot nœud leurre

Laids jours sangs vont jeu d’eux meure