ENTRE DEUX PAIX

https://youtu.be/wZHHHkVW-Rw

Pour accompagner l’animation que j’ai créée, je n’ai pas trouvé mieux que ce magnifique poème d’Aldo Braibanti écrit en novembre 1996 et tiré du livre EMERGENZE, Conversazioni con Aldo Braibanti. Voici ma traduction en français pour ceux qui ne lisent pas l’italien… (vous retrouverez une copie du poème original en italien à la fin de la page.)

NOTITIA CRIMINIS

 

Le ciel n’est pas bleu

la lune ne berce pas les amoureux languissants

l’arbre n’est pas la victime née pour quelques bûchers d’autres victimes nées

le chiot n’est pas une chaude fourrure pour matrone en chaleur

les enfants d’homme ne sont pas l’arme de chantage de serviteurs assassins

notre cerveau n’est pas la clef magique de trop de paradis mensongers

la planète n’est pas l’usine privée d’une poignée d’avides patrons

les prothèses toujours plus subtiles ne sont pas l’évangile de quelque big brother

l’offre interactive à double face n’est pas l’ultime piège d’un léviathan global

la parole qui donne la vie ou qui tue n’est pas l’épée des arrogants seigneurs de la guerre

le marché de tous les villages n’est pas l’entreprise équivoque de gangsters en gants blancs 

le nom des choses ne peut empêcher la question de celui qui a soif de connaissance 

l’eau polluée l’air pollué la terre polluée ne sont pas l’objet ambigu d’un cri d’apocalypse

l’impulsion à violer et à tuer ne peut à long terme annuler les impulsions de l’espérance

ta vie celle de ton fils de ton chien de la baleine de la mer de la forêt restante

n’existent pas pour subir l’intolérance des lâches pas plus que la tolérance de quelques uns

notre corps n’est pas un moloch qui dévore d’autres corps prostrés par la faim virulente

notre lendemain n’est pas l’utopique illusion d’un voyage dans l’hypocrisie de lumineux progrès

la force qui semble omnipotente seulement aux imbéciles est fragile comme une feuille arrachée à la tempête 

le mépris hautain de quelques uns ne peut nous faire taire pour les laisser parler tout seuls

le rouleau de l’homologation ne peut écraser et assécher la fontaine irisée de la diversité de la vie

le vieux truc des valeurs ne peut déranger le feu intime de notre silence

quelque silence indigné mais toujours astucieux ne peut reporter trop longtemps notre hurlement refoulé

les ciseaux du castrateur ne peuvent stériliser la terre ne peuvent désinfecter le marais fécond

le rire obscène du bourreau ne peut mettre au pilori l’agonie de l’animal dont il se nourrit

les coupables arts de la guerre ne peuvent pas masquer la révolte perturbante du koan

l’ignorance et la violence ne peuvent pas faire des massacres de bisons et d’indiens

le berger ne peut plus tyranniser l’anxiété bêlante du troupeau

***

amis il est temps préparez la chaloupe

l’arche peut couler si elle ne connaît pas les grands ouragans

la petite barque est sûre si elle peut se charger de coexistence et de compassion 

la coquille de noix peut naviguer sans hésitation vers les îles de la survie

elle peut contenir de minuscules valises de doux chiots rêveurs qui se fient à nous avec une confiance heureuse

elle peut se faire le cocon de tout être vivant pour expliquer à l’improviste la merveille d’un vrombissement d’ailes 

elle peut nous donner un repos vigilant afin de recommencer à s’échanger les plus secrètes caresses 

elle peut nous enseigner à chanter la vie et non la mort si nous apprendrons à regarder les mille couleurs du ciel profond

***

amis il est temps préparez la chaloupe de sauvetage

mais en attendant ne tuez pas les vieux les fous les chênes les loups les fourmis

ne refusez pas les récoltes luxuriantes de l’aihmsà ne rejetez pas un léger abandon à votre plaisir

reproduisez-vous avec tendresse mais ne vous multipliez pas maintenant que tous nos bateaux sont pleins

fermez tous les ghettos fuyez toutes les fêtes scandaleuses de la vanité

ne soyez pas complices de quelques infâmes bigots dans notre jardin menacé qui ne reconnaît plus ni toge ni couronne 

ne fuyez pas votre peur tant que le courage est sur le seuil de votre cabane

ne rejetez pas l’archive de la mémoire mais ne la noyez pas sous les rites et les mythes

ne vous perdez pas dans le miroir extraterrestre des dieux qui sont les fils et non les pères de vos pleurs

ne cédez pas au chantage de qui ne sait pas qu’à la fin il sera victime de sa propre imprudence aveugle

ne soyez pas sourd à l’appel du barreur qui nous prévient d’être prêt et attentifs ici maintenant – ailleurs – à chaque instant de paix

***

amis ayez la patiente hâte de lever la tête chaque minute sonne l’alarme

apprenez de nouveau à rire jouez comme dans la plus trépide enfance

Inventez vite le dialogue qui vous rend libre dans l’humilité d’une stupeur sans borne

proclamez en cœur notitia criminis aux irréductibles bureaucrates de l’extermination

https://youtu.be/y6lQ9C9vhyE

Lire le poème dans sa version originale (italien) datée octobre/novembre 1996, édité par la maison d’édition Vicolo del Pavone, Piacenza, via Giordano Bruno 6

notitia criminis (1) – EMERGENCE Conversazioni con Aldo Braibanti – Stefano Raffo p.73

 

notitia criminis (2) – EMERGENCE Conversazioni con Aldo Braibanti – Stefano Raffo p.74
notitia criminis (3) – EMERGENCE Conversazioni con Aldo Braibanti – Stefano Raffo p.75

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Plus DE TEXTES

EFFROI DANS LE DOS

Tant de paroles dites en silence Et aucun silence pour libérer la parole de l’ego Des beuglements d’amour vache Et autres bêlements d’amour divin Tant

Lire la suite >

LES MOTS RÔDENT

Les mots rôdentL’instant s’érode   Le monde tourne dans l’œilD’un cyclope aux cieux bleusÀ qui personne n’ose dire son nomSur le seuil de l’abîme  

Lire la suite >

TERRE D’ÉCUEIL

Étoile noire reniéePar le jour naissant   À la rive nul n’arrive À genoux sur l’écumeD’une mer sans rivage   Dans le roulis des bannisLe

Lire la suite >

L’ÉNIGME

La vraie question : pourquoi sommes-nous si intelligents alors que « le reste » de l’univers est sans réponse ?

Lire la suite >

BIBI

Au fond quelle importance si j’ai plus ou moins de soixante dix ans, auxquels tu peux ajouter des centaines de jours depuis mon dernier anniversaire,

Lire la suite >

TRA DUE PACI

Sulla guerra non si può ragionare o piuttosto si può ragionare solo su chi è stato il primo a sparare, su chi ha ragione e

Lire la suite >

MICTION

Chaque fois que je m’absente derrière un arbre, je me sens obligé de lui dire  que je ne suis au fond qu’un animal l’arrosant d’un

Lire la suite >

D’ART MONI

Les bras écartés comme des flèchesJe n’ai plus de méridien que le tienJe porte en moi tes yeuxD’un voyage immobileRetour de contrées irraisonnéesDans l’ici et

Lire la suite >

MYTHOLOGIES PRÉCAIRES

Dans le vide sidéralde nos vieilles certitudesles rires de l’enfant-dieuont réveillé les titansantiques gardiensde notre démesure   Depuis que le temps existeet que la terre

Lire la suite >

AVANT DE N’ÊTRE

Je marche au pas du passé que je suisVers la représentation maladroite et toujours changeanteDe mon expression la plus ancienneAvant de naître Et je sais

Lire la suite >

SAOULE PONT MIRE RATS BEAUX

« En poésie nous avons des droits sur les paroles qui forment et déforment l’univers » écrivait le poète français Guillaume Apollinaire, mort de la grippe espagnole(1880-1918).

Lire la suite >

SMALL DATA

Paris, le 6 juillet 2045. Mr le psychologue en chef des Armées du Moyen-Orient et de L’Afrique de L’ouest, je souhaite attirer votre attention sur

Lire la suite >

NO DESTINY

(Toutes ressemblances avec des personnes existantes, des faits réels et des lieux de guerres permanentes sont totalement volontaires.) On pouvait dire que Destiny était une

Lire la suite >

AUX RATS DU SOL

– Vous pouvez pas rester là ! Robert n’a pas envie de décamper. Robert Dusol n’est pas n’importe qui. Une particule de noblesse dans un

Lire la suite >

MAUVAIS CALCUL

Un mauvais calcul et votre vie bascule ! Jugez plutôt. 9,43 € de l’heure. C’est ce que je gagnais au smic. Avant, quand je travaillais.

Lire la suite >

LE PETIT BLEU

Trace d’apnée juvénile Il jette son sac sur les rochers de l’Elbe, sous la maison de Mayol, plonge de l’autre côté du miroir, dans l’envers

Lire la suite >

ZOO NOEUDS 21

Vitesse estimée de lecture du poème Zone de Guillaume Apollinaire écrit en 1913 et réadapté à la prose absurde et triviale du XXI° siècle. À

Lire la suite >

LOUISE CRISE

Toi le rimailleur D’ici ou d’ailleurs Rempailleur de rêves Tous les jours en grève Sans métro ni métrique Artaud l’électrochic Apollinaire blessé Baudelaire opiacé Distributeur

Lire la suite >

LIDO

Je vis au bord de la mort Sur une plage de sable plastifiée Aux dunes arpentées par des trans Au rythme de vagues consciences Avec

Lire la suite >

SEXOLOGIE ALEATOIRE

J’ai souvent caressé les moulures de la table de nuit de mes parents D’où émergeaient des antennes de mensonges Longé du doigt la poignée du

Lire la suite >

AMERDICA

Le Neighb’ se servit un fond de whisky et alluma la télé. Un flot d’images identifiantes commença de lui asséner ses quatre vérités. Celles qui

Lire la suite >

MOTS HASARDES

C’est comme si la phrase entre les mots respire. La forme est là pour révéler le fond. Les mots ne veulent rien dire d’autre que

Lire la suite >

PERPETE

Le temps nous fout en l’air. Personne ne se charge de la transmutation. On se ballade les mains dans les poches. Une clop au bec

Lire la suite >

USAGE ET TRAFIC DE MOTS

Ecrire. Saisir l’essentiel à dire chaque jour. Partir de l’enchevêtrement des neurones derrière les yeux. Atteindre leurs terminaisons les plus complexes épiant sous le derme.

Lire la suite >

SATANE SAM

C’était pas ton heure Cette heure perdue dans le néant Noyée de pleurs Pleurée de noix Cette heure freinée verticalement équitablement d’être là un homme

Lire la suite >

DESERTE HEURE

Comment ? Tu  veux pas faire l’armée ? – Avec moi, vous seriez sûr de perdre… – T’irais pas nous défendre s’il y avait une

Lire la suite >

PRESENCE SUSPECTE

De mourir ma vie s’est arrêtée Je n’ai ni ombre ni passé Mon présent fuit ce que je fus Ni plus ni moins qu’une hypothèse

Lire la suite >

LUI ET ELLE

Lui , il voulait faire un voyage héroïque, pas celui de la banque. Un trekking en jeep, puis en éléphant et après avoir dormi dans

Lire la suite >

IMPASSE DE LA MEMOIRE

C’est un chemin ou un ruisseau parsemé d’éclats de poteries multicolores, que borde un mur ancien fait d’éclats de poteries et ainsi de suite. Mais

Lire la suite >

HOMO ERECTICUS

Nous ne serions que de grands reptiles debout sous un soleil carré. La queue atrophiée en virgule au dessus de l’anus. De grands reptiles au

Lire la suite >

MOTS D’ARTIFICES

Toute poésie appartient au désespoir Elle nait d’une anti-situation Et d’un antique usage des mots Qui pour l’occasion savent apparaître Et disparaître après avoir lâché

Lire la suite >

TABLEAU C

Leur seule liberté est de braver la loi Avaler l’amertume Leur seul bonheur est inscrit en rouge dans le codex Quinze le matin Quarante à

Lire la suite >

LA BALLADE A LA DURE

Pourtant le jour se lève Comme il ne s’est encore jamais levé Lentement les idées vont plus vite Mais les périphs crachent un brouillard suspect

Lire la suite >

ECRITS-VAINS

Aujourd’hui qu’il est question d’écrire seulement pour être écrivain, n’espère pas tourner la page sur une énième histoire à dormir debout et puis après continuer

Lire la suite >

L’ALPHABETE

 L’art est fait comme un rat Et je suis un artiste raté Une pile de mots écroulée Sous le poids de ton regard A…………Atomique  

Lire la suite >

LIT & RATURES

Personnellement, tout a commencé par une tache. Une tache d’encre énorme, impensable sur le dictionnaire de mon père. Annulation de toute tentative de sens. C’était

Lire la suite >

SOUS LE MASQUE

Ses paupières battirent dans les trous du masque. Un souffle chaud se posa sur son nez Ce n’était pas jour de carnaval mais il ne

Lire la suite >

A LA FIN SERA LE VER(S)

Quand le soleil ne brillera plus par l’œil noir des serrures Quand le monde aura définitivement fermé boutique Quand les animaux parleront de l’homme à

Lire la suite >

SANG GATE

Depuis longtemps, les coups de freins stridents du camion se perdaient au fond de sa tête en longues flammèches rouges qui faisaient ressurgir par flash,

Lire la suite >

ET APRES ?

Quand l’espèce humaine se sera définitivement retirée dans sa bulle sur la planète Mars ou au fond des mers, pour calculer le coût de sa

Lire la suite >

JE CROISE LES AILES

Unique habitant au bout de mon cou tendu vers l’extrême présent J’ai usé tous mes cheveuxEt les bras écartés comme des flêches je n’ai plus

Lire la suite >

GUERRE EPAISSE

Les premiers mois, les Européens ne se rendirent compte de rien. Les chaines de télévision continuaient d’asséner leur flot d’images identifiantes, comme s’il n’allait rien se

Lire la suite >

PRIERE PAIENE

VIERGE IMMACULÉEÀ L’HYMEN PERENNEECOUTE LA PRIÈREDE L’HUMANITÉ HÉMOPHILE   ÇA SAIGNAIT LA PREMIÈRE FOISQUAND L’ANGE S’EST POSÉ DANS LE REVEÇA SAIGNAIT DANS LA CRÈCHEQUAND L’ENFANT

Lire la suite >

OLD MORNING

Les mains appuyées sur le lavabo, il regarda son visage aimanté par le miroir, rentra les lèvres, écarquilla exagérément les yeux puis repris une attitude

Lire la suite >

TEAM INTIME

Hautement inflammable au contact d’un brief Sur un marché en pleine érectionGagné par le plagiat de conceptEt le rewriting sauvageJ’essaye de faire mon trou Spécialisé

Lire la suite >

POEZITTO

Trou Sans quoi nulle clé SerrureEntre ouvreMurmure Tes quatre vérités PeauSans mémoire de sa nudité CelluleNaît meursD’un troupeauDe sphynctèresNe regagnant pasLa sphyngerie Suis le sens

Lire la suite >

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit, sed do eiusmod tempor incididunt ut labore et dolore magna aliqua. Ut enim ad minim veniam. Lorem ipsum dolor sit amet.

Visit Us

OPENING HOURS

Join The club

Get updates on special events and receive your first drink on us!