JE CROISE LES AILES

Unique habitant au bout de mon cou tendu vers l’extrême présent
J’ai usé tous mes cheveux
Et les bras écartés comme des flêches je n’ai plus de méridien
De grands surfaces en supermarchés
Je porte mon poids de viande
Et mon prix au kilo piqué dans le vif du sujet
Et mon âme n’est plus que l’étiquette de ma douleur
Toi et moi ne faisons que survivre
Aux lendemains de guerre de nos pères
La Liberté l’Egalité la Fraternité
Et toutes les utopies d’hier
Sont jetées comme des pierres à la face des peuples déplacés
Demande au Roumain, à l’Afgan, au Kurde, au Tchéchène, à l’Albanais, au Serbe, au Croate, à l’Irakien, au Palestinien, au Rwandais, au Papou, au Massaï, au Malien, à l’hominidé qui grimace en gros plan derrière ton pare-brise
Demande-leur qui pourra démentir
Tout risque d’extension du conflit
A la mémoire de l’humanité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *