LE SENS DES MOTS S’EVAPORE

La grande nuit internet se glisse entre les continents

De cables électriques en fibres optiques

Frôlés par les nageoires blanches des bélougas

Retransmises en boucle sur Arte

Mais sur terre il manque toujours une éternité

Pour que la conscience voit le jour

Et le vol d’un oiseau pour étalonner le monde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *