POEZITTO

Trou
Sans quoi nulle clé

Serrure
Entre ouvre
Murmure

Tes quatre vérités

Peau
Sans mémoire de sa nudité

Cellule
Naît meurs
D’un troupeau
De sphynctères
Ne regagnant pas
La sphyngerie

Suis le sens giratoire
De ton grand disque mou interne

Epuise le puits
De tam tam
Mai lent colis

Tant que les portes en trompe-l’œil
Sont ouvertes par erreur

Tant que les fausses notes
Sont jouées pour de vrai

Tant que les torses se bombent

Sous les bombes

Sous l’épiderme flétri
De qui nous fit et nous fuit

Gardien
Ange dérange
Un oiseau gramme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *